Chirurgie

Chirurgie de routine

Nous effectuons des stérilisations du lundi au vendredi
La clinique vous offre la possibilité de venir porter vos animaux la veille de leur opération ou le matin même. Les animaux opérés passent la nuit à la clinique afin de commencer leur convalescence en toute tranquillité et permettre un suivi du technicien le lendemain de l’intervention, avant son retour à la maison.

Antidouleurs
Tous les animaux reçoivent une dose injectable de médicaments contre la douleur à la fin de l’intervention pour assurer leur confort. Ils recevront aussi, lors de leur repas du soir ou du lendemain matin, un comprimé d’antidouleur. Les propriétaires en auront aussi sous la main afin de garder leur animal confortable à la maison.

Prises de sang
Nous offrons aussi la possibilité de prendre une prise de sang pour faire des tests préopératoires afin de connaître l’état des organes qui sont responsables d’évacuer les anesthésiques dans le sang afin de réduire au minimum le risque anesthésique.

Cathéter intraveineux
La clinique offre aussi la possibilité de poser un cathéter intraveineux (soluté) sur chaque patient qui subira une anesthésie. En fonction des débits de fluides administrés, cela permet de maintenir une bonne pression artérielle et, par le fait même, une bonne circulation sanguine. Finalement, le cathéter permet aussi d’administrer des médicaments rapidement dans le sang si nous apercevons sur nos moniteurs un changement comme une baisse de la fréquence cardiaque.

Il y a plusieurs avantages à stériliser nos animaux
Chez la femelle, on évite les gestations non désirées, les inconvénients des chaleurs, les infections de l’utérus et les tumeurs mammaires. Chez le mâle, la castration prévient le marquage urinaire, diminue l’odeur nauséabonde de l’urine, les fugues pour la recherche de la femelle, les problèmes de prostate et les tumeurs des testicules.

Il est primordial de stériliser les animaux pour éviter le surpeuplement.

La chirurgie spécialisée

La clinique offre plusieurs chirurgies dites spécialisées telles :

  • Laparotomie : chirurgie exploratrice de l’abdomen pour investigation;
  • Gastrotomie et entérotomie: Chirurgies pour retirer les corps étrangers dans l’intestin et l’estomac;
  • Césarienne;
  • Cystotomie : retrait des calculs urinaires dans la vessie ou les reins;
  • Excision de masse;
  • Chirurgie de l’œil : cherry eye, ectropion, entropion, énucléation;
  • Thyroïdectomie : excision de la glande thyroïde;
  • Caudectomie : amputation de la queue pour causes médicales;
  • Excision des glandes anales;
  • Blocage urinaire.

La chirurgie orthopédique

Pour certains problèmes orthopédiques, il peut être nécessaire de faire des examens radiographiques qui peuvent être faits sur place, et parfois des chirurgies. Chaque patient nécessite une évaluation par le vétérinaire avant d’aller en chirurgie afin de discuter du bien fait de la procédure, de la convalescence et du risque de complications. Nous effectuons différentes chirurgies orthopédiques telles :

  • Pose de plâtre;
  • Luxation de rotule;
  • Pose d’attelle;
  • Ligament croisé du genou (technique FLO);
  • Amputation;
  • Arthroplastie;
  • Tige et cerclage lors d’une fracture.

L'anesthésie générale

La plupart des opérations sont faites sous anesthésie générale. Tous les patients sont d’abord mis sous sédation avec des drogues qui, entre autres, vont bloquer la douleur avant que celle-ci n’apparaisse après l’opération. Le tranquillisant a pour but premier de calmer l’animal et de réduire la quantité de drogue intraveineuse nécessaire à endormir l’animal complètement. Ceci permet donc un meilleur confort lors du réveil.

La deuxième étape d’une anesthésie est l’injection intraveineuse de drogue. Cette injection procure un sommeil plus profond et fait perdre à l’animal son réflexe du mouvement et de la déglutition pour permettre l’intubation. L’intubation est l’action de placer un tube en silicone dans la trachée de l’animal afin d’administrer les gaz anesthésiants et l’oxygène. L’intubation permet d’avoir accès aux voies respiratoires rapidement et d’avoir le contrôle sur la respiration lorsque nécessaire.

La troisième étape est l’anesthésie sous gaz isoflurane et oxygène par tube. Ceci permet un meilleur contrôle de la durée de l’anesthésie et la profondeur du sommeil. De plus, le réveil de l’animal est beaucoup plus rapide qu’avec une anesthésie en utilisant des médicaments injectables seulement.

Durant l’anesthésie, les techniciens en santé animale sont responsables du suivi anesthésique et du bien-être de l’animal. Les patients sont installés sur un tapis chauffant à l’eau afin d’éviter la perte de température corporelle et cette dernière est suivie tout au long de la procédure. Les autres paramètres qui sont suivis tout au long de l’anesthésie, à l’aide d’un électrocardiogramme, sont la fréquence cardiaque, le taux d’oxygène sanguin et la pression artérielle afin d’assurer une plus grande sécurité.

En attendant le retour des réflexes, le technicien reste avec l’animal pour surveiller les paramètres de la fréquence cardiaque et respiratoire à l’aide d’un moniteur portatif. L’animal est installé confortablement dans une couverture avec un tapis chauffant dans une des cages de réveil, à la vue des techniciens, jusqu’à ce qu’il soit plus vigoureux.

L'anesthésie locale

L’anesthésie locale peut être une alternative pour les procédures chirurgicales mineures d’un patient calme et docile comme par exemple une excision de petite masse. Elle consiste à injecter un anesthésiant qui agit localement et qui dure de 4 à 6 heures.

L’anesthésie locale nommée aussi blocs nerveux est aussi également utilisée en complément d’une anesthésie générale pour diminuer la douleur de la zone opérée. Elle permet de bloquer la conduction nerveuse en encerclant le site opératoire pour une durée de 4 à 6 heures. Depuis que nous utilisons ces techniques, nous avons vu une diminution significative de la douleur perçue pendant et après l’intervention. Nous utilisons les blocs nerveux dans les cas suivants :

* Dégriffage

* Ergotomie chez les chiens

* Extractions dentaires

La chirurgie au laser

Peu importe le type d’intervention pratiquée, la procédure chirurgicale est la même sauf que l’appareil au laser remplace la lame de bistouri. Cette technologie apporte plusieurs avantages. Le faisceau laser cautérise directement les vaisseaux sanguins, ce qui diminue grandement les saignements durant l’opération.

De plus, du fait que les nerfs sont aussi scellés plutôt que d’être simplement coupés, la douleur perçue par l’animal durant la période postopératoire est significativement réduite. Cet appareil permet de couper et de bloquer les canaux lymphatiques donc diminue beaucoup l’enflure à la suite de l’opération et, par le fait même, augmente la rapidité de guérison des plaies.

Finalement, la chaleur émise par le faisceau laser produit une stérilisation du site d’incision chirurgicale, donc une diminution des risques d’infection postopératoire. Puisque la technique chirurgicale demeure la même, des points de suture sont tout de même nécessaires et sont, en général, retirés 10 à 14 jours après la procédure.

Dentisterie

Puisque les animaux ne peuvent nous dire s’ils ont mal aux dents, il est possible de faire des examens dentaires afin d’évaluer la nécessité d’un nettoyage. Il est fréquent, chez le chat, d’avoir une érosion de l’émail de la dent qui, en général, nécessite l’extraction puisque c’est douloureux et que ça peut occasionner des saignements. Le détartrage se fait sous anesthésie générale, car l’animal doit demeurer immobile durant la procédure.

Le détartrage en soi ressemble grandement à la technique employée chez les humains. Les dents sont curetées et nettoyées avec une sonde à ultrason, puis elles sont polies avec un polisseur électrique et une pâte à la menthe. Évidemment, lorsque l’état des dents ou de la gencive l’exige, certaines dents doivent être extraites. À long terme, le tartre peut endommager les dents ainsi que les gencives.

Dans des cas plus sévères, la gencive peut graduellement se détacher de la dent et causer des lésions irréversibles aux racines de la dent ainsi que de l’os. C’est pour cela qu’il est parfois inévitable d’extraire des dents. Le tartre contient des milliers de bactéries. Les saignements des gencives sont des portes d’entrée dans le sang pour ces bactéries qui occasionnent des problèmes des valvules du cœur, des reins et du foie. La santé dentaire est essentielle!